ISO 9001 : faut il avoir peur de la rationalisation ?

ISO 9001 : faut il avoir peur de la rationalisation ?

Dans une de ses citations les plus célèbre sur le travail,  Karl Marx nous indique « Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité. »

Dans un autre temps, plus récent, l’iso 9001 nous préconise la mise en place efficace d’un système organisé autour de ses processus (approche rationnelle et maitrisée) ...

Le retour terrain nous permet de mesurer que d’aucuns,  opposent une approche « vertueuse » liée à la mise en œuvre de l’ « état » de l’art sur un mode « artisanal »,  à une approche « plus discutable », de par ses effets néfastes induits, dite approche « industrielle »...

Sur le plan historique, la fabrication d’objets manufacturés existe depuis que l’Homme est Homme... Cependant, avec le recul, les éléments étant sortis de leur contexte, un flou s’installe... Michel Ange était-il réellement  un artiste ? L’histoire nous démontre preuves à l’appui que ce grand créateur, certes pétri de talent, était aussi un chef d’entreprise, qui travaillait sur commande, et tenait très précautionneusement son registre « fournisseurs » et le registre « salariés », bref fonctionnait sur un mode « organisé »...

Plus tard, au XIX ème  siècle, avec le déploiement de la machine à vapeur et l’avènement de nouveaux matériaux tels que  l’acier, le monde de la production évolue de manière très significative. Sous l’impulsion d’un Frederick Taylor, et bien d’autres, apparait une nouvelle organisation du travail basée sur la parcellisation des tâches et la séparation des missions ... Dans la foulée, le travail devient cadencé du fait de la rationalisation des outils de production, notamment dans le secteur automobile... Cette évolution a fortement impacté le monde du travail...

Actuellement, ce qui différencie les deux approches est relativement simple :
•    Dans son fonctionnement traditionnel, l’artisan maitrise la totalité du processus : commercial – conception – approvisionnements – fabrication – installation – service après-vente...
•    En mode industriel, chaque acteur n’intervient que sur une  partie du processus ; les missions ne sont pas systématiquement orientées sur les processus métiers puisqu’une partie des acteurs peut être occupée à manager la production ou être au service de celle-ci...

Une analyse objective, permettra de faire l’état des forces et faiblesses pour chacune de ces deux approches...

On notera aussi, qu’un mixte est possible, avec par exemple un process (mise en œuvre de l’état de l’art) de type « artisanal », associé à un processus  (chaine de création de valeur - organisation) de type « industriel »...

Plus largement, la question se pose, du sens qu’il y aurait à  opposer un artisan à un industriel ? L’analyse terrain démontre que dans bien des cas, ceux-ci sont parfaitement complémentaires...

   Pour plus d’information sur ce sujet, n’hésitez pas à prendre contact avec notre Gérant :  Jacques Perrin au 06 29 36 84 94, nous sommes là pour vous aider et vous accompagner…




Pour plus d’information sur ce sujet, n’hésitez pas à prendre contact avec notre Gérant :
Jacques Perrin au 06 29 36 84 94, nous sommes là pour vous aider et vous accompagner…


Une question, un besoin ?

Nous sommes à votre écoute !