De la pertinence à externaliser ses audits internes

Votre entreprise est certifiée, Iso 9001, et ou Iso 14001 et ou Iso 45001, … et vous êtes donc soumis à l’exigence 9,2,1 de ces différents référentiels qui prévoient l’organisation d’audits internes…

Le but annoncé de ces audits internes est de savoir dans quelle mesure votre organisation atteint le niveau d’efficacité escompté, et si cette même organisation continue à respecter le cadre de bonnes pratiques proposé par l’Iso… dans le but de maintenir votre certification.

Dès lors, se pose la question suivante « Qui peut » ou « Qui doit » conduire ces audits internes ? Un collaborateur salarié ? Une personne extérieure à l’entreprise ??  Pour autant que celle-ci partage la philosophie et les valeurs de votre entreprise …

Ces quelques lignes ci-après vous permettront de savoir pourquoi la deuxième option est porteuse d’un certain nombre de vertus …

o    La pratique de l’audit, pour être pertinente et à valeur ajoutée, est une pratique très particulière, qui nécessite un « entrainement » régulier … ce qui n’est pas forcément le cas d’un auditeur interne pour lequel les enjeux sont généralement tout autre, car fortement influencé par sa hiérarchie directe.

o    Les référentiels évoluent régulièrement, ce qui veut dire formation, mise à jour des compétences, et adaptation de l’auditeur interne à son nouveau cadre de référence. Donc en final des coûts pour un service rendu potentiellement très perfectible.

o    L’entreprise, comme tout organisation subit des aléas… Il en est de même avec ses équipiers, y compris ses auditeurs (départ, mutation, …). En comparaison, l’audit externalisé se positionne dès lors comme une solution souple, flexible, et finalement plus économique.

o    Le collaborateur, en interne connaît bien son organisation ; peut-être trop bien. De fait, se pose la question de sa prise de recul lorsqu’il prend son « costume » d’auditeur… En final, ce processus ne permet pas « benchmarker » l’organisation de votre entreprise avec d’autres, ni de l’évaluer en terme de maturité… Dans certains cas, l’auditeur interne peut être en difficulté pour apporter une vision neuve et proposer des axes d’amélioration différents…

o    En final, et c’est probablement le point le crucial, l’auditeur interne externalisé ne rentre pas dans l’organisation hiérarchique de l’entreprise…Il est indépendant, de par son statut, mais plus précisément par ce qu’il a choisi un statut d’indépendant, c’est son ADN. C’est cette qualité, si particulière, qui lui permettra, de dire ce qui doit être dit et de maintenir un point de vue, parfois difficile à admettre, mais bénéfique pour votre entreprise…

En final, c’est bien à vous, Chef d’Entreprise, qu’incombe la décision de choisir un ou plusieurs auditeurs internes, idem à l’externe… ou pourquoi pas un mixte des deux ; on pourrait imaginer l’externalisation des audits « sensibles » (direction, qualité, …) et faire « coacher » le(s) auditeur(s) interne(s) par un auditeur dont c’est le métier…

Une question, un besoin ?

Nous sommes à votre écoute !